Florence Hügi, 28 et 29 février, Genève

De « Charlie et la chocolaterie » à « Mary Poppins » !

« Je ne me sens pas légitime »; « Je ne serai légitime que quand j’aurai obtenu tel ou tel diplôme»; « Un jour, tout le monde va remarquer que je ne suis pas à la hauteur»…
Qui n’a pas entendu, voire prononcé, l’une ou l’autre de ces phrases ?

Et pour vous, au fond, c’est quoi être légitime ?
Il y a notre histoire dominante. Celle où nous savons parfaitement pourquoi nous ne serons jamais vraiment à la hauteur, qui l’est à notre place, comment nous n’allons pas réussir des objectifs trop élevés. Sur le sujet, nous sommes souvent intarissables : né·es de cette terre judéo-chrétienne, nous savons comment nous sommes terriblement imparfait·es, tristement incompétent·es et diablement médiocres, nous soumettant ainsi à ce syndrome d’imposture qui gagne de jour en jour plus de lettres et davantage de force dans nos représentations.

J’aime bien l’appeler le « syndrome Charlie et la chocolaterie », en référence au roman de Roald Dahl qui raconte un petit garçon persuadé que jamais il n’entrerait dans la mystérieuse usine de chocolat de Willy Wonka parce que trop pauvre, trop fluet, pas assez ceci, trop cela, … …. jusqu’à ce que….

Nous pouvons la raconter longuement, notre histoire d’illégitimité, nous en sommes même spécialistes ! Pourtant, nous semons aussi, dans ce récit, souvent sans même y prendre garde, tout le contraire. Des nuées de fines traces qui racontent notre « contre-histoire ». Celle qui cultive nos « histoires préférées », vécues, mais trop souvent tues.
Ces bribes-là disent comment nous avons surmonté l’obstacle inatteignable, de quelle façon nous avons réussi l’impossible, avec quels moyens nous avons pulvérisé les limites d’un défi qui semblait pourtant tellement trop grand pour nous.

Comment prendre de la distance avec ces identités qui ne disent qu’une toute petite partie de nous ? Comment raconter une autre histoire de soi ? Celle de notre brillance, de notre luminosité, de notre scintillance ?

C’est ce qui sera abordé durant cet atelier, deux jours impliquant voyage au coeur de nos représentations et de découvertes de nouvelles voies à emprunter.
Observer le « contexte élargi » et les discours dominants de notre société qui nous maintiennent en état d’insatisfaction. Déconstruire les stéréotypes et imaginer ensemble de nouvelles manières de définir cette fameuse légitimité. Découvrir d’autres images de soi. Se dévoiler par nos forces ou nos fragilités, y percevoir les sources de puissance. Pailleter nos vies.

Alors, qu’y aura-t-il dans votre sac « Mary Poppins » ? Que trouverons-nous en fouillant dans vos archives ? Un poney à roulettes ? Des lampadaires tournicotants ? Des dragées longues langues faiseuses de miracles?

Venez le découvrir… c’est tout bientôt !

28 et 29 février à Genève
Inscrivez-vous !